Le discours de politique générale du nouveau Premier ministre acte pour l’UNSA une nouvelle étape dans les orientations gouvernementales clivantes qui visent les actifs dont les plus précaires.

Sous couvert de simplification pour les PME-TPE, la déréglementation, la négociation entreprise par entreprise, un rôle des branches amoindri, une remise en cause potentielle du code du travail sont pour l’UNSA des menaces pour les salariés concernés.

Si l’UNSA, soutient l’idée d’une “desmicardisation”, cela doit passer par des augmentations de salaires dans le privé comme dans le public.

La volonté du gouvernement de durcir encore plus les règles d’indemnisation des demandeurs d’emploi, le basculement de l’Allocation spécifique de solidarité (ASS) vers le RSA, la généralisation des 15 heures d’activités pour les bénéficiaires du RSA, précarisera encore davantage les plus précaires.

Face à cette avalanche de nouvelles mesures défavorables pour les actifs et sans qu’aucune annonce n’ait été faite sur les questions essentielles du pouvoir d’achat, et de justice fiscale, l’UNSA sera mobilisée à tous les niveaux pour défendre l’intérêt des travailleurs et combattre ces projets politiques injustes qui ne font pas une société du vivre ensemble.

Laurent Escure, Secrétaire général de l’UNSA