Flash Info 15 septembre 2020

La première réunion de négociation sur l’accord national relatif à l’insertion des salariés en situation de handicap s’est tenue le 14 septembre 2020 dans une atmosphère constructive entre Direction et Organisations Syndicales.

Cet accord national de 3 ans, renouvelable une seule fois, doit fournir un cadre au CEA afin de se mettre en conformité avec la loi, c’est à dire aboutir à un taux d’emploi direct de 6% minimum de salariés en situation de handicap pour l’ensemble de l’entreprise. En 2019, ce taux était de 3,73 % pour l’ensemble du CEA. L’accord doit entrer en vigueur le 1 janvier 2021 pour que le CEA n’ait pas à payer de pénalités au cours de prochaines années.

Voici la déclaration préliminaire de l’UNSA SPAEN, à laquelle se sont associées les autres Organisations Syndicales :

L’UNSA SPAEN est très attachée à l’emploi des travailleurs en situation de handicap. Cependant elle regrette que les différents accords locaux n’aient pas permis d’atteindre des niveaux plus élevés en termes d’emploi.

Si le CEA veut atteindre le niveau de 6% d’emploi direct de travailleurs handicapés dans 6 ans, comme l’impose la loi, l’accord national se doit de conduire un politique nettement plus ambitieuse que ce qui a été fait jusqu’à présent. De plus, il ne fait pas oublier que si le nouveau mode de calcul peut semble plus favorable en raison d’une forte proportion de salariés handicapés de plus de 50 ans, certains d’entre eux partiront à la retraite durant les 6 prochaines années.

Au delà des chiffres, le dialogue social doit être un des leviers essentiel pour co-construire des mesures adaptées pour un accompagnement renforcé des personnes en situation de handicap et leur permettre une bonne intégration dans l’entreprise. De la qualité de l’accueil dépendra leur épanouissement.

L’UNSA SPAEN vous fait une première proposition qui mériterait d’être étudiée avec les tutelles : autoriser le recrutement de travailleurs handicapés en dehors du plafond d’emploi.