À l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, l’UNSA souhaite rappeler que les départements d’Outre-Mer rencontrent toujours des problématiques majeures d’accès à l’eau et à l’assainissement.

Eau du robinet impropre à la consommation, coupure d’eau régulière… Selon l’UNICEF, « le nombre de personnes vivant au quotidien sans accès à une eau potable dans les Outre-mer est bien plus important que dans l’hexagone : 30 % de la population à Mayotte ; entre 15 % et 20 % en Guyane. »

Ces difficultés d’accès à une eau saine augmentent considérablement les risques d’épidémie.

La situation à Mayotte mi-septembre où la conjugaison d’une sécheresse importante, et d’infrastructures datées et non remises en état, a transformé le quotidien des Mahorais en véritable calvaire.

En cette journée mondiale de l’eau, l’UNSA rappelle que l’accès « à une eau potable propre et de qualité et à des installations sanitaires est un droit humain. » Il devient urgent d’apporter des réponses concrètes aux attentes des populations ultramarines.